jeudi 5 novembre 2020

Mettre en oeuvre le référentiel SAFe®, mais avec les soft skills français

En janvier 2017, en réponse à un référé de la Cour des comptes émis en décembre 2016 et pointant notamment un "pilotage gravement défaillant" du projet système d’information des ressources humaines de l’Éducation nationale (SIRHEN) [1a], madame la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche (MENESR) avait annoncé une "transformation en profondeur, confirmée par l'avis de conformité émis par la direction interministérielle du numérique et du système d'information et de communication de l'Etat (DINSIC)" [1b].

Parmi les mesures de transformation, la DINSIC "se réjouissait" notamment d'une "approche pragmatique, avec une nouvelle organisation, un nouvelle comitologie, et des nouvelles méthodes de travail s'appuyant notamment sur une démarche agile de type" SAFe" [1c] .

Finalement, le projet est arrêté 18 mois après, en juillet 2018.

Dans son rapport 2020, la Cour des comptes aura pointé à nouveau une "direction de programme défaillante" et notamment "une gouvernance introuvable" pour le SIRHEN, un investissement qui entretemps est passé à 400 M€ [3].

La Cour préconise "des outils simples de suivi des réalisations" ainsi qu'une "transparence des décisions prises".

Pour madame la ministre de la transformation et de la fonction publiques Amélie de Monchalin [4], le diagnostic tient en deux idées simples : 

  • les grands projets informatiques pluriannuels ne peuvent répondre aux besoins des usagers : "lorsque le projet est livré, les besoins ont changé"
  • on n'applique pas à une administration les méthodes pertinentes pour une entreprise sans identifier et mettre en œuvre les adaptations nécessaires :  l'administration doit "servir tous les citoyens avec le même prix pour tous" alors que l'entreprise "choisit ses clients [par une politique de] prix"  [5].

 

Nous souscrivons totalement à ces deux idées pleines de bon sens en y ajoutant notre point de vue

  • les grands projets informatiques sont souvent définis d'abord pour répondre aux objectifs de leurs commanditaires, qui les financent, et non aux besoins propres et immédiats des usagers.
  • on n'applique pas à une grande administration française les méthodes des grandes entreprises américaines sans identifier et mettre en œuvre les adaptations nécessaires pour tenir compte des différences de soft skills entre les professionnels français et les professionnels américains  [6a][6b].

 

[1a]  Référé S 2016-3915 du 19 décembre, Cour des comptes 

[1b] Réponse de la ministre au Premier président de la Cour des comptes, 17 février 2017

[1c] Courrier de la DINSIC au secrétariat général du MENESR, 1er décembre 2016.

SAFe est un référentiel de management informatique éditée par Scaled Agile Inc. qui promet de mettre "l'agile à l'échelle" des grandes entreprises. SAFe® est une marque de Scaled Agile Inc. A 100 : un éditeur de référentiel Agile rachète un éditeur d'outils Agile, L'entreprise numérique créative

[3] Le système d’information des ressources humaines de l’Éducation nationale : une modernisation dans l’impasse, Cour des comptes 

[4]  Amélie de Monchalin, gouvernement.fr

[5] Intervention de madame la ministre au conseil de circonscription de monsieur le député de Paris Gilles Le Gendre Tweet @GillesLeGendre

[6a] MOA MOE, un design management made in France, Gouvernance de l'entreprise numérique créative

[6b] Rétrospective de l'approche des soft skills par le Cigref, Gouvernance numérique de l'entreprise créative  


Mise à jour 19 novembre 2020

Scrum Guide 2020 : a global soft skills set, X-Open-Innovation, 19 nov. 2020

Nominations 2014 et 2015

La pédagogie "Short MOOCs en Réseau" a été retenue par la plateforme d'innovation ouverte de l'association Pacte PME recherchant pour le compte d'une entreprise membre un outil innovant de transformation numérique des ressources humaines.

L'innovation frugale du "Personal MOOC" a été élue Trophée IT Innovation Forum 2015.